Pourquoi investir dans un GFV en 2018 ?

0

L’investissement dans un Groupement Foncier Viticole (GFV) permet à l’investisseur de devenir associé d’une entreprise détenant des domaines viticoles. En effet, l’exploitant viticole verse un loyer au GFV tout en supportant tout seul les risques relatifs à la production et à la vente. Les réformes en 2018 font du placement en GFV, un investissement beaucoup plus avantageux sur le plan fiscal. Voici quelques raisons suffisantes pour investir dans un GFV en 2018.

Investir dans un GFV pour vous démarquer de la masse

En France, la plupart des investisseurs se positionnent sur le marché de l’immobilier classique lorsqu’ils se décident à investir dans un domaine. Investir dans un gfv permet de se démarquer et d’explorer un nouveau domaine qui peut être bénéfique pour l’investisseur.

L’investissement en GFV doit être perçu comme un placement à long terme et un outil de diversification. En effet, lorsque vous diversifiez votre investissement à l’intérieur de vos GFV, vous bénéficiez des avantages lors de la revalorisation du montant. Chaque appellation sera valorisée de différente manière. C’est pourquoi il est conseillé de disposer de plusieurs parts dans plusieurs différents domaines viticoles.

Bénéficier des nombreux avantages en 2018

L’investissement en GFV peut présenter plusieurs avantages que la plupart des autres placements classiques existant en France n’ont pas.

Sur le plan fiscal, en faisant un placement en GFV, vous bénéficiez d’une exonération de 75 % du montant pour la déclaration à l’IFI. Cette réduction est possible 2 ans après la détention d’une part de viticole. Ce placement serait alors un moyen efficace pour les investisseurs soumis à l’IFI et désirant le réduire.

En plus de cette exonération, le GFV est un outil efficace pour une transmission de patrimoine (succession ou donation). Lors d’une donation ou d’une succession, vous bénéficiez d’une réduction d’équilibre sur le calcul des droits de succession et de donation :

  • pour un montant inférieur ou égal à 101 897 € par donataire ou héritier, 75 % du montant net légué ou donné est exonéré de tout droit,
  • pour un montant supérieur à cette limite, seulement 50 % du montant est exonéré.

Avant de pouvoir léguer ou donner son bien, le souscripteur doit conserver pendant au moins 2 ans ses parts. À son tour, le bénéficiaire ou l’héritier doit également le conserver pendant une durée minimale de 5 ans, soit au minimum une durée de 7 ans de détention au total.

Par ailleurs, avec les GFV, les risques sont très réduits pour l’investisseur. En cas de problème lié à la production et à la vente des vins du domaine, seule la responsabilité de l’exploitant est engagée. Ainsi, quel que soit le problème qui survient, le fermier est dans l’obligation d’acquitter son loyer au GFV.

En plus du montant versé par l’exploitant au GFV, l’investisseur bénéficie également d’une réduction sur le prix des bouteilles de vins produits sur le domaine. Une réduction de prix pouvant aller jusqu’à 60 % du prix proposer au grand public. Une offre réservée, une seule fois dans l’année, aux associés du GFV en fonction du nombre de parts détenu.

Tous ces aspects témoignent des avantages dont peut bénéficier un investisseur en choisissant un GFV.

Summary
Review Date
Reviewed Item
Notes
Author Rating
41star1star1star1stargray
Angélique Saliada

Angélique Saliada

Ex journaliste chez Infosnice, Angélique Saliada est la rédactrice en chef de Liafa depuis mi-2016, elle a donné un vrai coup de boost à toute l'équipe dés son arrivée...
Merci Boss 😉 je prends plaisir à évoluer et à faire évoluer cette équipe de passionnés dans l'univers de la news dans ces thématiques particulières de l'immobilier, de la Banque et de la Finance.
Angélique Saliada

Les derniers articles par Angélique Saliada (tout voir)

Partager >>