Rachat de crédit : pourquoi penser à une renégociation ?

0

Depuis 2016, le marché immobilier est en baisse et par conséquent, le nombre d’investisseurs s’est multiplié, aussi que les offres bancaires ont évolué. Pour une meilleure gestion de ses mensualités, le rachat de crédit est devenu une solution plus profitable, car hormis la baisse des mensualités, il permet d’éviter les risques de surendettement. De plus, l’année 2016 était une année presque merveilleuse pour les emprunteurs mais actuellement, ils doivent s’attendre à une reprise des taux de participation sur dix ans des banques. A vrai dire, ces derniers ont décidé de faire monter les taux d’intérêt de leurs emprunts depuis décembre 2016.

Les taux d’intérêt sont encore attractifs pour le rachat de crédit

Pendant que les taux d’intérêt s’accroissent progressivement, on ne doit s’attendre à leur impact sur le marché que pendant le deuxième trimestre 2017. En bien négociant un rachat de crédit en ce début de l’année, il est possible de bénéficier d’un prêt à 1.29% sur 15 ans et à 1.78% sur 25 ans.

Par contre, il ne faut pas se faire des idées, car les taux varieront en fonction de la qualité du profil de l’emprunteur. En effet, le rachat de crédit consiste à revendre une ou toute partie de son emprunt initial auprès de la banque. Très efficace pour bénéficier d’une mensualité moins chargée, il a connu un succès depuis que le marché de l’immobilier a chuté en 2016. En ce début d’année, les taux d’intérêt du rachat de crédit ne devraient pas dépasser une évolution de 0.5.

Quelques conditions à prendre en compte avant de signer un contrat de rachat de crédit

La négociation d’un rachat de crédit doit se faire avec beaucoup d’attention. Si vous avez encore la possibilité de le faire, il est plus judicieux de prendre en compte les conditions nécessaires pour recourir à cette solution. Que ce soit pour un crédit récent ou non, il est possible de passer les démarches nécessaires dans la négociation du rachat de prêt. Il faudrait également s’acquitter des pénalités de remboursement anticipé dont la hauteur est de 6% du capital en cours.

Adrien Carbaliau

Ingénieur financier et titulaire d’une maîtrise en finance de marché, Adrien Carbaliau suit le secteur de l'épargne Chez Liafa depuis début 2016.
Il écrit donc pour Liafa.fr pour informer le Public des dernières actualités sur l'immobilier et le monde de la Finance ou de la Banque, plus particulièrement en France...
Adrien Carbaliau
Partager >>